Le changement, c’est encore maintenant

Petit billet de suivi sur mon changement de vie et la place du sport…. Important pour moi de faire un point mais aussi de partager de façon un peu informelle, et pourquoi pas d’échanger avec toi lecteur 🙂

Tout d’abord point santé ! La rééducation continue péniblement entre les obligations professionnelles et les déplacements. Il est dur de trouver un créneau. Heureusement j’ai récupéré une flexion correcte à 130° et finalement faire du sport me permet de me remuscler gentiment. La douleur est toujours présente et la sanction sur la course à pied va durer encore plusieurs mois mais j’essaie de garde la forme en attendant. Bref, le kiné me dit que tout est en ordre. Quand je vois la gueule de mon genou et la douleur continue je suis un peu sceptique quand même.

Sinon j’ai donc repris le sport de façon plus intense depuis une quinzaine.

Cela se traduit par deux à trois sessions de vélo d’intérieur par semaine d’une heure chacune ou je fais entre 33 et 35 kilomètres à 150 watts de moyenne. C’est assez intense pour moi et je sors un peu cassé, la jambe gauche exténuée et un peu à bout de souffle. Puis accessoirement le vélo d’intérieur c’est tellement chiant que je me suis acheté un support iPhone pour mater des séries en même temps. Je susi content d’avoir pu reprendre malgré tout et d’avoir de vrais moments de dépenses caloriques. Mine de rien avec le manque d’activité , j’ai repris une paire de kilos que j’avais durement perdu…

Entrainement vélo intérieur

Je complète par  une à deux séances de musculation / cross fit avec un coach personnel , qui accessoirement est super sympa et me motive à mort. J’ai eu l’occasion de dire à quel point c’était intense et ça ne se dément pas. Avoir un coach personnel permet de vraiment te pousser au bout de tes limites. Je finis souvent épuisé et les musclés tétanisés et je mets plusieurs jours à m’en remettre musculairement. Mais les résultats sont là clairement et je gagne en force. Je ne pousserai sans doute cela pas trop loin, l’objectif étant surtout pour moi de m’étoffer un peu musculairement, de me dessiner mais de garder une musculature cohérente avec l’exercice de la course à pieds.

Entraînement musculation

Entraînement personnalisé Frédéric

Au passage je fais le suivi de cette activité avec Fitocracy qui est une application que j’aime vraiment pour tout ce qui est musculation et exercices musculaires en général. L’appli est jolie. La communauté y est sympa. Et l’on peut y trouver pas mal de conseils. Vous m’y trouverez sous le pseudo cdfr31.

Fitocracy

FitocracyFitocracy

En dehors de cela, le samedi c’est Tir à l’arc. Rien de bien sportif bien que cela demande une musculature du haut du corps assez solide. C’es tune activité qui me permet surtout de travailler ma focalisation et ma concentration.

Dans le côté bonnes résolutions qui ont foiré : la méditation. L’application HeadSpace me paraissait bien mais depuis qu’un connard m’a bousillé le genou j’ai eu du mal à prendre de la distance avec ça et à me concentrer sur moi. Mais je compte bien réessayer.

Côté suivi et numérique j’utilise toujours 12 millions d’applis mais ma préférence va

à ma montre Polar V800 pour les sessions d’entraînement et l’intensité cardiaque,

  • le Nike Fuel Band SE pour l’aspect fun / badges / points d’activités globaux,
  • la balance Aria de Fitbit pour le suivi du poids,
  • MapMyFitness comme hub de capitalisation global,
  • Fitoracy donc pour la muscu.

Le HealthKit d’Apple est une putain de déception tellement je trouve ça pourri et tellement il y a peu d’applis qui l’exploitent à ce jour…

J’ai par contre renoncé à suivre ce que je mange même si je devrais… Car on dérape vite. Mais c’est vraiment trop trop trop contraignant sauf à manger des boîtes ou des aliments simples non cuisinés.

Publicités

Apple iOS 8 et HealthKit

Avec l’arrivée d’iOS 8, Apple amorce une entrée sur le marché du WellBeing. L’on ne peut certes pas dire qu’Apple était absent du marché des connected devices. Si un appareil est bien connecté depuis de nombreuses années c’est l’iPhone.

D’ailleurs le processeur M7 intégré sur la précédente génération d’iPhone était déjà en lui même un signe fort du positionnement d’Apple sur la donnée de santé et le eHealth. De fait, le processeur dédié à la gestion de l’accéléromètre, de l’inclinaison, etc, permettait, pardon… permet, de transformer votre iPhone en podomètre.

Le seul problème d’Apple était finalement que l’on ne garde pas forcément toujours son téléphone avec soi pour capter chacun de ses mouvements et que les bracelets connectés gardaient une longueur d’avance pour les adeptes du quantified self.

Avec HealthKit  Apple se positionne comme hub de vos données personnelles de santé et d’activité. Un positionnement malin car clairement la multiplication des acteurs dans les acteurs du matériel connecté et la multiplication des applications rendait improbable une cohabitation de ces acteurs foisonnants à travers un standard commun permettant à tout un chacun de sélectionner ses applications et de les faire communiquer et échanger des données entre elles.

Jusqu’à présent, la journée de l’adepte du quantified self était ponctuée d’ouvertures et de fermetures d’applis : pour enregistrer son sommeil, pour ses sessions de course, pour ses séances de musculation, pour l’enregistrement de ses aliments.

HealthKit propose désormais aux applications d’utiliser ce hub pour échanger des données et l’utilisateur peut finement sélectionner pour chacune d’entre elles les données qu’il veut prendre sur HealthKit ou envoyer sur HealthKit.

L’idée est bonne et fait par ailleurs partie des stratégies des gros acteurs du Web aujourd’hui. Si tu as une position dominante sur un marché et que tu es en retard rachète les technologies et si tu ne peux pas les racheter, offre leur un service qu’elles ne pourront pas refuser pour récupérer un max de données… (Google Analytics, Facebook Connect par exemple).

Bon, après la théorie passons à la pratique et je vais vous faire part de mon petit retour sur HealthKit. Il est partiel, probablement partial, mais comme je ne suis ni journaliste, ni Apple fanboy, et pourtant un vrai geek bardé de connected device, je pense que c’est un avis relativement réaliste…

Commençons par le fonctionnement. Je veux dire le bon fonctionnement. Avec le concept du Web 2 on a vu apparaître le principe de Beta perpétuelle. Un super concept qui permet de dire, « non mais c’est normal si ça marche pas, on est en béta ». Force est de constater que visiblement ce concept tout pourri s’applique désormais à des compagnies qui s’engraissent avec nos dollars et nous vendent des téléphones hors pack à plus de 1000 €. Inexcusable. Amateur. Ça fait des belles keynotes blig bling, ça balance à tout va que ça va révolutionner l’univers et c’est pas foutu de sortir un OS non buggué sur une fonctionnalité pourtant annoncée comme clé. Au final il aura fallu à Apple une vingtaine de jours pour patcher son super OS tellement supérieur aux autres.

Donc depuis la semaine dernière les applications compatibles HealthKit commencent à être approuvée dans l’AppStore (NDLR : youhouhou les grands patrons chez Apple, et si vous aviez pensé à faire approuver votre OS avant la mise sur le marché ????)

Parmi les applications que j’utilise j’ai ainsi testé Argus, Endomondo et MyFitness Pal.

Le paramétrage et couplage avec HealthKit est simple : dans les paramètres de l’application vous décidez de connecter l’application à HealthKit et ensuite dans les paramètres de l’application HealthKit vous décidez ce que vous souhaitez comme donnée(s) en lecture et écriture.

Synchronisation des données vers et à partir de HealthKit

Ensuite dans HealthKit vous construisez votre tableau de bord pour afficher vos graphes.

Mon avis :

  • HealthKit c’est bof bof ascendant tout pourri côté design / graphisme et ergonomie. En gros t’as deux trois couleurs fadasses, un seul type de graphe, et plonger dans ses données à l’intérieur d’HealthKit donne juste envie de se connecter plutôt à l’appli qui les a générées. Franchement à Cupertino ils se sont pas foulés et ça sent le truc bâclé.

Exemple de graphe HealthKit

 

Exemple de graphes HealthKit

Des graphes et une interface presque aussi sexy qu’un AS 400…

– Les applications arriveront sans doute mais à ce jour Runkeeper, MapMyRun (et les autres MapMyTruc) sont absents. Plus étrange, Nike traine un peu à lancer la mise à jour de son application Nike Running et Nike FuelBand. Pourtant l’on notera que le NikeFuel est la seule unité « propriétaire » embarquée dans HealthKit.

Et… il n’y a rien de plus à dire… HealthKit est EXTREMEMENT décevant. C’est globalement moche et inamical et à part faciliter le couplage et la synchro de différentes applications ça ne sert à rien. Et encore même pour le couplage pas sûr que ela soit utile…. Il faudra encore que les applis acceptent de prendre des données d’healthKit.

Détail des données importées dans HealthKit

Plonger dans les données cumulées par HealthKit donne une seule envie : plonger dans la Seine… tout au fond pour ne pas remonter… Impressionnant de voir comment l’on peut transformer des données issues d’applications et d’ergonomies top et en faire une bouillie immonde.

Seul point qui m’a semblé pas mal, le fait de pouvoir saisir une fiche d’urgence qui contient des données essentielles (âge, poids, donneur d’organes, groupe sanguin,…)

Prendre un café, dormir 20 minutes : le combo gagnant

pause-cafe-rituel-sous-estime-par-managers-F

Selon plusieurs études scientifiques menées de façon indépendantes, le fait de boire un café et de faire une sieste immédiatement après de 20 minutes maximum aurait un meilleur impact sur l’attention d’un individu que de simplement boire un café ou de simplement faire une sieste.

En effet, les courtes siestes permettent au cerveau de se débarrasser d’un excès d’adénosine avant d’entrer en phase de sommeil plus profond, et se réveillant, le cerveau de l’individu est ainsi préparé au mieux pour recevoir les effets de la caféine.

Si vous voulez plus de détails je vous invite à lire le très bon article de Vox, très bien sourcé et vulgarisé pour le commun des mortels.

Les plus courageux pourront essayer de se procurer et lire les articles scientifiques et études mentionnées :

Crédits photo : www.conseil-fitness.frhttp://conseil-fitness.fr/7-choses-que-vous-savez-pas-cafeine/

Mes objectifs : le retour

ZenJe m’étais fixé deux objectifs ces 6 derniers mois :

  • Courir dix kilomètres dans un temps raisonnable, ce que je considère comme réussi
  • Atteindre 85 kilos (en partant de 107 tout de même)…aujourd’hui atteint, puisque même lors de certains écarts je suis en dessous de cette barre et je peux descendre jusqu’à 83 quasiment en phase de diète…

Il est temps pour moi de faire un bilan rapide et de me fixer de nouveaux objectifs…

Tout d’abord il y a un an, je pense que tout le monde qui me connaissait un tant soit peu se serait marrer si j’avais dit que j’allais perdre tout ce poids et encore plus si j’avais dit que j’allais me mettre au sport. Pendant des années j’ai cultive un certain hédonisme irrationnel qui m’a au fil du temps de plus en plus lourdement physiquement gêné. Comme beaucoup j’étais das ce cercle vicieux du job ultra sédentaire derrière un PC, des repas trop riches et des efforts inexistants que je refusais.

Pourtant j’ai pris la décision de changer tout ça. J’ai fréquenté et discuté avec de bonnes personnes qui avaient commencé à chercher the True Way of Wellbeing comme le mentionne Rachel.

Certaines personnes, dont Julien, que j’ai remercié déjà à de multiples reprises ont été de vraies inspirations et alors que je me décidais, eux avançaient dans la recherche de leur bien être.

J’en tire des évidences qui font tout de même froid dans le dos quand on ne fait pas que le dire comme ça,en l’air, mais quand on réalise que c’est tellement vrai et banalisé… La société et ses modèles ne sont plus adaptés à l’épanouissement personnel et au bien être et il est important de réaliser que l’on doit prendre soin de soi-même et que personne ne le fera pour vous.

Des salons de massage, ou des lieux aménagés pour la sieste pour votre bien être ? WTF ! Bullshit… Ce n’est pas votre employeur qui recherchera votre bien être lorsqu’il vous demande de bosser 60 heures payés 35 ou bien qu’il vous harcèle de mails soirs et week-ends.

Ma recherche du bien être je commence à savoir par quoi elle passe.

  • Trouver des vrais moments pour moi où seul ce que j’ai envie de faire a de l’importance et où rien ‘autre n’a d’importance. Ces vrais moments à l’écoute de ce dont j’ai besoin et de ce que je veux me permets d’être plus détendu, plus disponible pour les autre lorsque je suis avec eux, et de ne pas avoir de regret en regardant le temps qui passe.
  • Accomplir des défis, des projets, des choses que je m’étais résignées à abandonner. J’ai réalisé l’importance de cela lorsque j’ai réalisé un vieux rêve d’enfant : conduire une moto, et lorsque je’ai accompli une folie : sauter en parachute. Et il y a tellement de choses que je rêve encore de faire : découvrir le Japon et Cuba, apprendre à faire de la photographie, avoir mon brevet de saut en parachute et de pilotage d’avion, …
  • Équilibrer travail et vie personnelle

Ce ne sont que quelques points mais je crois que ces trois points là je ne dois pas les perdre de vue. Ils sont ma sainte trinité du bien être. Des piliers fondateur qui au fil des ans me permettront de me dire que ma vie a été agréable tout en composant avec les contraintes d’une vie en société.

Cela m’amène à me fixer quelques objectifs pour les 6 mois à venir…

  • Tout d’abord passer la barre des 80 kilos. Mon poids est aujourd’hui correct mais je ressens encore un léger surpoids à la course et cela me freine. Par ailleurs j’ai aussi juste envie physiquement d’affiner ma ligne. J’ai apprécié ces derniers mois de changer ma garde robe, de voir les regards changer.
  • Ensuite, augmenter ma distance de course. Dans les 3 mois à venir je vais faire  mes premières courses de 10 kilomètres à Lille et Bristol. Je ne les fais pas pour la course en elle même mais plus pour y passer un moment avec des amis et pourquoi pas prendre le temps d’échanger avec eux sur le sport, la santé… et boire beaucoup de bières histoire de se dire que je ne cours pas pour rien. Mais avant 6 mois je veux passer sur 22 k (et d’ici 18 mois attaquer le marathon si mon corps et ma hernie discale continuent à être cléments avec moi)
  • Entamer la méditation / yoga. Je me suis téléchargé une application, Headspace, qui me semble intéressante pour la méditation. Ça fait vraiment partie des choses que je veux essayer. Prendre des temps calmes pour me poser, réfléchir, évacuer du stress et retrouver le sourire. Si mon emploi du temps le permet j’espère arriver à prendre des cours de Yoga à la rentre. A la fois pour le bien être et le calme mais aussi pour la souplesse et avoir des mouvements plus amples en courses et des muscles mieux étirés.

Plein d’autres mini-objectifs bonus pour moi que je mets en secondaires et optionnels :

  • Reprendre le tir à l’arc et parvenir à passer quelques « flêches »
  • Rééquilibrer légèrement mes muscles et prendre du temps pour gagner un peu en puissance
  • Arrêter de faire le régime n’importe comment mais vraiment repasser à une alimentation saine et équilibrée
  • Passer la PAC pour le saut en prachute
  • Prendre une semaine de vacances en moto et voyager, courir et prendre des photos
  • Passer plus de temps avec mes amis et prendre plus souvent des nouvelles d’eux